Rétrospective Patricia Plattner

10 oct. 2019 - 31 oct. 2019
Lausanne - Musées, expositions

  Voir les expositions de la Cinémathèque Suisse

Hommage à la cinéaste et productrice genevoise Patricia Plattner du 10 au 31 octobre avec huit films réalisés entre 1986 et 2009.

Les voyages de PatriciaIl y a tout juste trois ans, le 5 septembre 2016, on apprenait la mort à 63 ans de la cinéaste et productrice Patricia Plattner, l’une des plus belles voix de femmes de notre cinéma suisse. Après que le réalisateur François-Christophe Marzal a numérisé tous ses films et les a édités dans un très bel objet à la fois éditorial et cinématographique, intitulé Le Bazar de la sirène, vient notre tour de lui consacrer une rétrospective.

Diplômée de l’Ecole supérieure d’arts visuels de Genève, la Carougeoise Patricia Plattner a d’abord travaillé comme artiste plasticienne, gagnant plusieurs bourses et prix, et fondant avec quelques amis le légendaire atelier de graphisme Les Studios Lolos. Au cinéma, elle fait vite entendre sa voix, notamment grâce à un premier long métrage au titre en forme de pirouette, Piano panier ou la recherche de l’équateur, présenté en compétition au
Festival de Locarno en 1989. Elle alterne ensuite les fictions et les docu-mentaires, excellant dans des portraits sensibles comme celui sur David Streiff, en 1991, alors qu’il quittait sa fonction de directeur du Festival
de Locarno (Le Sismographe, la Lune et le Léopard), celui sur le chef d’orchestre Herbert von Karajan (Maestro, Maestro !, 1999) ou encore celui sur le cinéaste d’animation Georges Schwizgebel (Des tableaux qui bougent, 1990). Grande voyageuse, elle a réalisé un documentaire étonnant sur la mémoire des colons italiens ayant vécu en Ethiopie, Hôtel Abyssinie, ainsi que le plus
beau film que je connaisse autour de l’écrivain Nicolas Bouvier, Le Hibou
et la Baleine (1993).

C’est en 1994 qu’elle tourne au Sri Lanka sa deuxième fiction, Le Livre
de cristal, avec Jean-François Balmer et Valeria Bruni-Tedeschi, présenté
en compétition à Locarno. Il sera suivi notamment par Les Petites Couleurs (avec Anouk Grimberg et Bernadette Lafont, 2002) et Bazar (avec Bernadette Lafont et Lou Doillon, 2009), une comédie douce-amère qui lui va comme un gant, doublé d’un beau portrait de femmes à la fois un peu tristes et foncièrement courageuses.

Parallèlement à son activité de réalisatrice, Patricia Plattner fonde,
en 1985, Light Night Production qui, outre ses propres œuvres et quelques autres films suisses, va régulièrement coproduire des titres remarquables, souvent en collaboration avec les sociétés du mythique producteur Paulo Branco. Ce sera notamment deux des plus beaux films de l’immense cinéaste portugais Manoel de Oliveira, Les Cannibales et Le Val Abraham, Border Line de Danièle Dubroux, La Vie moderne de Laurence Ferreira-Barbosa et le plus suisse des films du prolifique cinéaste chilien Raul Ruiz, Ce Jour-là.

Très active dans le milieu du cinéma, ses commissions, ses syndicats, ses associations, Patricia Plattner était toujours présente pour donner
de la voix quand il le fallait, pour défendre le cinéma d’ici – et pour boire
un verre et rire entre amis à Locarno ou Soleure. Elle était une femme courageuse, drôle, mais aussi sensible, aimant par-dessus tout les arts
et la culture, et le cinéma à son image : intrépide, drôle, et profondément exigeant. Ce qui est une denrée rare par les temps qui courent.

Elle nous manque (toujours) énormément.

Frédéric Maire

Adresse


Casino de Montbenon
CH-1002 Lausanne

  • Contact

  • Infos pratiques

  • Liens

Vous pourriez aussi aimer…

@MyLausanne