A Time to Love and a Time to Die

Où ?
Cinémathèque suisse - Casino de Montbenon
Quand
Du 31.08.2022 au 06.10.2022
Tarif
A partir de
10 chf
En 1944, un soldat allemand bénéficie d’une permission de trois semaines et rentre chez lui à Berlin. La capitale n’est plus qu’un amas de ruines et la maison familiale a été détruite. A la recherche de ses parents, il tombe sur son amie d’enfance. Leurs retrouvailles tournent à la passion, mais il doit bientôt repartir... «Un bonheur sans failles serait comme un poème mal écrit», commentait Douglas Sirk, dont les deux héros connaissent, dans le chaos de la guerre, quelques instants heureux évoqués avec un lyrisme d’autant plus émouvant qu’on sent la fragilité de chaque minute. Une reconstitution imaginaire et déchirante des dernières semaines du fils du réalisateur, embrigadé dans les jeunesses hitlériennes contre la volonté de son père qui avait fui l’Allemagne, et qui disparaîtra sur le front russe en 1944.
Informations pratiques

Adresse

Cinémathèque suisse - Casino de Montbenon
Allée Ernest-Ansermet 3
1003 Lausanne

Comment s'y rendre

Horaires

Le 31.08.2022
Ouvert
Fermé
Jeudi
21:00 - 23:11
Le 15.09.2022
Ouvert
Fermé
Vendredi
18:30 - 20:41
Le 06.10.2022
Ouvert
Fermé
Vendredi
15:00 - 17:11

Montbenon - prix plein

10 chf

Montbenon - prix réduit

8 chf

Capitole - prix plein

15 chf

Capitole - prix réduit

12 chf

Cinémathèque suisse:
Casino de Montbenon
Allée Ernest Ansermet 3

1003 Lausanne
(Salles Cinématographe et Paderewski)
Métro m1 > arrêt Vigie
Bus n° 3, 6, 21 > arrêt Cecil
Bus n° 12, 13 > arrêt Montbenon

Cinéma Capitole
Avenue du Théâtre 6
1005 Lausanne

Métro m
2 > arrêt Lausanne Flon
Bus > arrêt St-François ou Georgette

En savoir plus
De Douglas Sirk. Avec John Gavin, Liselotte Pulver, Dieter Borsche.En 1944, un soldat allemand bénéficie d’une permission de trois semaines et rentre chez lui à Berlin. La capitale n’est plus qu’un amas de ruines et la maison familiale a été détruite. A la recherche de ses parents, il tombe sur son amie d’enfance. Leurs retrouvailles tournent à la passion, mais il doit bientôt repartir... «Un bonheur sans failles serait comme un poème mal écrit», commentait Douglas Sirk, dont les deux héros connaissent, dans le chaos de la guerre, quelques instants heureux évoqués avec un lyrisme d’autant plus émouvant qu’on sent la fragilité de chaque minute. Une reconstitution imaginaire et déchirante des dernières semaines du fils du réalisateur, embrigadé dans les jeunesses hitlériennes contre la volonté de son père qui avait fui l’Allemagne, et qui disparaîtra sur le front russe en 1944.USA · 1958 · 131' · v.o. s-t fr. - format: 35mm@Cinématographe ( CIN ) - prix indicatif: 10.-
Événements à venir
Coronavirus: situation à Lausanne