Que la bête meure

Où ?
Cinémathèque suisse - Casino de Montbenon
Quand
Le 19.09.2022
Tarif
A partir de
10 chf
Copie restaurée numériqueDévasté par la mort de son fils tué par un chauffard, l’écrivain Charles Thénier décide de faire justice lui-même en s’immisçant dans la vie du coupable. Au contact de ses proches, il réalise qu’il a affaire à un être méprisable... Adaptant le roman de Nicholas Blake, The Beast Must Die, Claude Chabrol renonce à l’humour tapageur de ses premiers films et réussit un drame d’une profondeur et d’une humanité inédites. «Malgré les apparences, il y a, dans chaque homme, d’étranges trous d’ombre [où] peuvent se tapir des monstres assoupis qu’un rien suffit à réveiller. A partir de ce thème, le metteur en scène emprunte à Hitchcock certains mouvements, ainsi qu’une manière d’insinuer la peur sous les tonalités les plus ensoleillées» (Freddy Buache, Le cinéma français des années 70).
Informations pratiques

Adresse

Cinémathèque suisse - Casino de Montbenon
Allée Ernest-Ansermet 3
1003 Lausanne

Comment s'y rendre

Horaires

Le 19.09.2022
Ouvert
Fermé
Mardi
18:30 - 20:20

Montbenon - prix plein

10 chf

Montbenon - prix réduit

8 chf

Capitole - prix plein

15 chf

Capitole - prix réduit

12 chf

Cinémathèque suisse:
Casino de Montbenon
Allée Ernest Ansermet 3

1003 Lausanne
(Salles Cinématographe et Paderewski)
Métro m1 > arrêt Vigie
Bus n° 3, 6, 21 > arrêt Cecil
Bus n° 12, 13 > arrêt Montbenon

Cinéma Capitole
Avenue du Théâtre 6
1005 Lausanne

Métro m
2 > arrêt Lausanne Flon
Bus > arrêt St-François ou Georgette

En savoir plus
De Claude Chabrol. Avec Michel Duchaussoy, Caroline Cellier, Jean Yanne.Copie restaurée numériqueDévasté par la mort de son fils tué par un chauffard, l’écrivain Charles Thénier décide de faire justice lui-même en s’immisçant dans la vie du coupable. Au contact de ses proches, il réalise qu’il a affaire à un être méprisable... Adaptant le roman de Nicholas Blake, The Beast Must Die, Claude Chabrol renonce à l’humour tapageur de ses premiers films et réussit un drame d’une profondeur et d’une humanité inédites. «Malgré les apparences, il y a, dans chaque homme, d’étranges trous d’ombre [où] peuvent se tapir des monstres assoupis qu’un rien suffit à réveiller. A partir de ce thème, le metteur en scène emprunte à Hitchcock certains mouvements, ainsi qu’une manière d’insinuer la peur sous les tonalités les plus ensoleillées» (Freddy Buache, Le cinéma français des années 70).France, Italie · 1969 · 110' - format: DC@Cinématographe ( CIN ) - prix indicatif: 10.-
Événements à venir
Coronavirus: situation à Lausanne