Coronavirus: situation à Lausanne

Plus d'info

Pop in Lausanne, une expérience de gamification touristique réussie

Ecotourisme, stratégie de numérisation, communication via les médias sociaux qui permettent de tisser des relations privilégiées avec la clientèle… le secteur du tourisme suit une évolution rapide et passionnante. Dernière tendance en vogue: la gamification, c’est-à-dire la valorisation d’une destination de manière ludique, avec comme déclinaison locale Pop in Lausanne. Ce raid urbain féminin a vu 588 participantes découvrir la Capitale Olympique à travers 30 challenges le 29 juin dernier.

 

Pop in the City a lieu sept fois par an dans des villes d’Europe « à forte identité ». Réparties en binôme, les femmes doivent résoudre des énigmes qui les mènent soit dans des lieux emblématiques de la ville, soit dans des sites cachés où elles relèvent des challenges artistiques, culturels, sportifs, extrêmes et solidaires. L’évènement permet de découvrir une ville d’une manière insolite, de sortir de sa zone de confort et de faire des rencontres inattendues avec les habitants.

Si à Saint-Andrews en Ecosse les « Popeuses » ont pu danser sous la pluie au son de la cornemuse ou tenter le traditionnel lancer du tronc d’arbre, à Lausanne, elles ont notamment imaginé les dialogues de héros de BD, cuisiné et dégusté une fondue moitié-moitié et se sont essayées à la lutte à la culotte.

Aujourd’hui, les touristes recherchent des expériences de ce type qui leur offrent la possibilité de s’amuser tout en explorant et en apprenant, de relever des défis et vivre des expériences enrichies pour ensuite échanger à ce sujet sur les médias sociaux. Pour les destinations touristiques, la gamification représente un réel avantage concurrentiel et met en avant le patrimoine de manière ludique, grâce à des expériences qui engagent davantage le visiteur.

Les possibilités sont vastes dans le domaine. A Lausanne, diverses expériences de réalité augmentée ont été offertes, comme cela a été le cas du jeu Pokémon Go, dont les petits monstres apparaissaient dans divers lieux de la ville. Au Musée Olympique, les visiteurs peuvent se glisser dans la peau d’un athlète en testant le biathlon ou le simulateur de ski grâce aux activités interactives.

A plus long terme, le projet Time Machine auquel collabore l’EPFL – et qui ambitionne de faire une cartographie du vaste héritage culturel de l’Europe – pourrait permettre aux touristes d’explorer le passé d’une cité en mêlant réalités physique et virtuelle.

Dans un registre plus classique, des chasses au trésor prennent la forme de course-poursuite en équipe façon Foxtrail – avec deux parcours lausannois – ou de géocaching, avec deux caches dissimulés dans la capitale vaudoise à retrouver en utilisant un GPS.

Les chiffres de Pop in Lausanne le prouvent, cette approche de gamification est prometteuse pour le tourisme : sur les 588 participantes, une moitié venait de Suisse, l’autre de l’étranger, majoritairement de la France. Séduites par le lac et les montagnes, le centre-ville, le dynamisme du lieu et l’accueil des Lausannois, 73% d’entre elles prévoient de revenir au cours des deux prochaines années et 97% ont déclaré qu’elles recommanderaient Lausanne à des amis pour un week-end.